Fermer
ad-box-image

Aïe, j’ai des TOC

Par  4 février 2016

Vous craignez les microbes et passez votre temps à vous laver les mains, vous êtes affolé quand les objets sont déplacés et vous les ordonnez aussitôt, vous avez peur de commettre une erreur et procédez à maintes vérifications ? Ces rites absurdes peuvent faire sourire, mais ils constituent également une réelle souffrance. Les troubles obsessionnels compulsifs (TOC) touchent 2,5 % de la population, mais seuls 37% des personnes qui sont atteintes consultent. La honte empêche les autres de se faire soigner, alors qu’une prise en charge est possible.

« Vos troubles obsessionnels compulsifs (TOC) vous incitent à répéter des gestes censés calmer votre anxiété. La thérapie cognitivo-comportementale est une solution pour s’en libérer »

Des TOC, moi  ?

L’anxiété vous pousse parfois à avoir des actes peu rationnels : vérifier six fois que vous avez bien fermé votre porte à clé par crainte des cambriolages, par exemple. Il ne s’agit pas pour autant de troubles obsessionnels compulsifs. Le diagnostic doit être posé par un professionnel quand ces gestes sont récurrents, qu’ils vous prennent plus d’une heure par jour et que vous en souffrez. Dans ce cas, n’hésitez pas à consulter car les TOC peuvent devenir invalidants et mettre à mal votre vie professionnelle ou sociale.

bv-depression-TOC-cerveau (1)

D’où viennent-ils ?

Les origines sont diverses. Elles peuvent être génétiques, psychologiques et biologiques. Des études sur le fonctionnement du cerveau ont montré que les personnes souffrant de TOC présentaient des modifications de l’activité nerveuse. La sérotonine, cette substance qui assure le passage du message nerveux entre les neurones et régule l’humeur et l’anxiété serait en cause. Les TOC sont également lié au stress, à la surestimation des dangers et aux croyances irrationnelles.

La thérapie cognitivo-comportementale au secours des TOC

Lors des consultations, un psychothérapeute peut vous confronter aux situations tant redoutées et vous accompagner pour les surmonter. Il s’agit de la technique d’exposition progressive avec désensibilisation : vous faites face aux situations qui provoquent chez vous de l’anxiété, d’abord mentalement, puis dans le réel. Votre psychothérapeute vous encourage à ne plus accomplir ses rituels et à développer d’autres moyens de contrôler votre angoisse.

Pensez au yoga et à la méditation

Pratiquer ces disciplines permettrait de renforcer votre concentration. Ainsi, vous ne vous laisserez plus gagner par vos craintes et vous ne déclencherez plus les rituels qui y sont liés (lavage des mains, vérifications…)

Activez votre production de sérotonine

Ce neurostransmetteur est essentiel car il permet de réguler l’anxiété. En manquer peut être une cause aux TOC ou à la dépression. Boostez votre production de sérotonine :

  • une alimentation riche en hydrates de carbone. On les trouve dans les féculents et les sucres : Riz, pâtes, pois secs, lentilles, céréales, pastèque, dattes, courges…   Autre intérêt à ce régime alimentaire :  la sérotonine régule également l’humeur !
  • Le sport et l’exposition au soleil sont également des habitudes à prendre.  
  • Plus vos pensées sont positives, plus votre taux de sérotonine augmente .

Sources

Passeport santé 

Guide d’information sur le trouble obsessionnel compulsif

Inserm 

 

Des inquiétudes sur votre situation ? Besoin de conseils ? Les psychologues de Boddy sont disponibles pour échanger avec vous et vous accompagner.

Laisser un commentaire