Fermer
ad-box-image

Gérer la dépression d’un proche

Par  24 décembre 2015

« La dépression est un effondrement de la santé psychique. Plus ou moins brutalement la personne change, totalement, et entraîne avec elle ses proches dans une spirale négative », explique la psychanalyste Fabienne Kraemer. On ne reconnaît plus l’autre et il peut être difficile d’avoir la même tendresse pour cette personne affaiblie aux raisonnements souvent aberrants. Cela peut être déprimant de la voir déprimer. Rageant de voir l’autre abandonner ses responsabilités et devenir un poids. Ou effrayant, surtout si le suicide est évoqué. 

Les clés : « c’est une maladie, écoutez-le, protégez-vous »

Incitez-le à se soigner

Pour accompagner votre proche atteint de dépression, il est indispensable d’accepter que c’est une maladie. Elle se soigne et c’est momentané. Incitez-le à se soigner et surveillez-le au départ jusqu’à ce que les traitements commencent à agir.

Stimulez-le avec bienveillance

Vous pouvez stimuler votre proche avec bienveillance. Sans lui demander l’impossible. Commencez par les gestes du quotidien : les repas, la toilette… Il faut comparer la dépression à un épuisement profond, se demander comment j’agirais s’il sortait d’une maladie physique qui le laisse sans force. C’est un incident de parcours. Il faut admettre que l’autre soit malade et qu’il ne le fait pas exprès. Evitez les comportements du type : « prends sur toi », « secoue-toi », « réagis », « bouge-toi »…

Ecoutez-le

Durant cette période, vous êtes essentiel pour écouter ses mots et sa détresse, entendre les risques suicidaires et collaborer avec les psychiatres qui le suivent.

Transmettez des ondes positives

Insufflez un vent positif dans la vie, continuez à montrer les bons aspects de la vie, aidez-le à se tourner vers l’avenir.

Protégez-vous

N’hésitez pas à parler à quelqu’un de compétent. « C’est le bon moment pour entamer un chemin de soi, un recentrage sur soi, incite Fabienne Kraemer, grâce à la psychothérapie, la méditation, le yoga. » Il est également conseillé de demander à quelqu’un de prendre le relais ou d’échanger avec des personnes qui sont dans le même cas que vous pouvez rencontrer via des associations. « Essayez de ne pas vous laisser gagner par la tristesse et prenez encore plus de plaisir à vivre », conseille Fabienne Kraemer. 

Des inquiétudes sur votre situation ? Besoin de conseils ? Les psychologues de Boddy sont disponibles pour échanger avec vous et vous accompagner.

Laisser un commentaire