Fermer
ad-box-image

Ecrire et guérir

Par  14 janvier 2016

L’écriture, une thérapie qui fonctionne. C’est un bon moyen de se décharger de ses émotions et de faire le point. « C’est comme le dessin chez les enfants, reconnaît Laure Rubinocci, psychologue chez Boddy, elle aide à verbaliser. » Et en plus, cela a un impact bénéfique sur votre santé.

Ecrire permet de s’alléger, d’y voir plus clair et d’avancer

La première étude réalisée il y a 20 ans est percutante. Un professeur de psychologie de l’Université du Texas a demandé à ses étudiants de se séparer en deux groupes. Les élèves du premier devaient écrire chaque jour pendant vingt minutes sur les pires événements de leur vie. Ceux du deuxième groupe relataient, eux, des événements plus banals. Six semaines après, tous les étudiants ont été soumis à des tests sanguins. Ceux qui ont écrit leurs traumatismes affichaient un net renforcement de leur système immunitaire et de leur bien-être psychique. Ce qui n’a pas été le cas pour les étudiants de l’autre groupe. Alors, convaincu ? A vos stylos !

Tenir un journal intime

« C’est un moment pour soi, durant lequel on pose les choses, et on lâche tout. On peut tout dire, même ce que l’on n’oserait pas aborder avec son psy. Il n’y a aucune incidence », explique Laure Rubinocci. On peut écrire sous le coup de la colère.

Il y a un double objectif : écrire vous soulage, vous libère. Et à la fois, cela aide à évoluer car vous pouvez revenir à vos écrits plus tard et constater votre évolution. 

Lister les points positifs et les points négatifs

C’est un exercice intéressant à faire face à une décision difficile à prendre ou quand vous souhaitez réaliser une introspection. « Il est intéressant de lister ses propres points positifs et points négatifs, reconnaît Laure Rubinocci, s’il n’y a que du négatif, cela vous incite à réfléchir ».

Ça vous aide à réfléchir, à avancer. Vous vous positionnez ainsi en observateur. 

Être plus au clair avec vous-même

Au cours d’une thérapie, noter ses émotions, décrire ses rêves libère la parole quand vous vous retrouvez face à votre psy. Cela permet d’en reparler après avec votre thérapeute, de ne pas oublier – ou mettre de côté – ce qui vous a dérangé.

Encouragez-vous par écrit

Les to-do lists, on maîtrise. « Mais attention, cela peut-être culpabilisant et décevant si on ne parvient pas à atteindre ses objectifs », prévient Laure Rubinocci. Préférez plutôt les listes de vos réussites que vous pouvez placarder un peu partout dans votre maison. « J’ai résisté à la clope du midi » ; « j’ai osé lui parler »… Cela fait du bien

Six conseils pour une écriture efficace

(empruntés au psychologue américain James W. Pennebaker)

  • Installez-vous dans un endroit calme où vous ne serez pas dérangé
  • Ecrivez durant 20 minutes, au moins
  • Ne vous préoccupez pas de la grammaire ou de l’orthographe
  • Ecrivez uniquement sur vous
  • Relatez des faits et des émotions personnels et très importants pour vous
  • Evoquez uniquement des faits ou des souvenirs que vous maîtrisez

Sources

James W. Pennebaker

Des inquiétudes sur votre situation ? Besoin de conseils ? Les psychologues de Boddy sont disponibles pour échanger avec vous et vous accompagner.

Laisser un commentaire