Fermer
ad-box-image

Ses dessins parlent de lui

Par  30 mars 2016

Des bonhommes, des maisons, des champs fleuris, des chiens, des chats, lui, vous… Chaque jour il griffonne, il dessine, il croque. Mais surtout, il s’exprime et se développe. « Le dessin est le baromètre de son développement », explique Johanna Arfi, psychologue chez Boddy et spécialiste du développement de l’enfant. D’où le fameux test du bonhomme, réalisé à l’école chaque année durant la maternelle. « Le dessin sert de projection, si un enfant de 10 ans dessine comme un enfant de 4 ans, cela peut signifier qu’il y a un problème. » Johanna Arfi vous donne quelques pistes pour évaluer ce que votre enfant dit à à travers ses dessins.

« Ne vous inventez pas psychologue en voulant interpréter les dessins de vos enfants. Mais profitez de leurs créations pour communiquer »

Il dessine toujours le même sujet

« Ce sujet le préoccupe, explique la psychologue, surtout si cela paraît agressif. » Posez-lui des questions sur le dessin, sans induire la réponse : qui est-ce sur le dessin ? D’ailleurs, inquiétant ou pas, il est nécessaire d’en parler. Selon Françoise Dolto, pédiatre et psychanalyste de l’enfant, il ne vous montre pas son dessin pour être complimenté, mais pour en discuter.

Quelques signes symptomatiques

L’analyse d’un dessin d’enfant relève du travail des spécialistes, néanmoins il existe des signes qui peuvent vous alerter. « Le dessin dépend de l’état émotionnel du dessinateur mais aussi du contexte du dessin : est-ce une demande ? si oui, de la part de qui ? est-ce un dessin libre ou avec consigne ? », rappelle tout de même Johanna Arfi.

  • Une impression de malaise récurrente dans les dessins
  • Certaines parties des personnages manquent systématiquement
  • Les ratures sont anormales
  • Les noircissements sont excessifs
  • Les dessins sont minuscules et cantonnés dans un espace réduit
  • L’enfant refuse systématiquement de dessiner ou déchire ses dessins
  • Les mêmes dessins se répètent au fil des mois
  • Les figures sont vides
  • Les formes ne sont pas fermées

A contrario, des scènes violentes ou l’apparition d’organes génitaux ne sont pas forcément des signes inquiétants. Le tout étant qu’ils ne reviennent pas de manière obsessionnelle.

Comment dessine-t-il ?

L’intensité du coup de crayon a un sens. « Cela signifie qu’il n’aime pas ce qu’il dessine. » Une fois encore, parlez-en avec lui.

CE-relations-enfant-dessin

Le dessin, un moyen de communication

Chez l’enfant, tout passe à travers le dessin, les peurs, les émotions… Il décrit comment il voit les choses – et non pas comment il les vit, rassurez-vous. Il a des problèmes à l’école ? Demandez-lui de la dessiner. Il a peur des monstres qui sont dans sa chambre le soir ? Qu’il les dessine. « C’est un exutoire, le dessin peut faire sortir ce qui inquiète. » Et c’est surtout un moyen de vous le faire savoir. « Un enfant qui dessine beaucoup et qui vous donne son dessin a envie de communiquer. » Quand les parents sont inquiets, ils se tournent rapidement vers un psychologue, reconnaît Johanna Arfi, alors que parfois, il leur suffirait de parler avec eux. Le dessin est un bon début pour entamer une discussion.

Attention au contexte

« Il y a certaines choses universelles, mais il faut faire attention au contexte avant de vouloir interpréter », rappelle Johanna Arfi. Dessiner une maison qui brûle est un signe inquiétant – car pour l’enfant, c’est le symbole même de la sécurité – sauf si l’enfant a vu un film dans lequel une maison brûlait. « Les interprétations ne sont pas vraies pour tous les dessins », précise la psychologue. Il est plus important d’échanger avec votre enfant sur son dessin que d’essayer de lire en lui en interprétant maladroitement ce qu’il dessine. Nous voudrions tous avoir des recettes miracles qui nous indiquent que si l’enfant fait un soleil, cela signifie qu’il est heureux. Mais ce n’est pas si simple. Ecouter et parler avec son enfant reste le meilleur moyen de savoir comment il va.

Le test D10, un outil utilisé par les psychologues

La consigne de ce test, conduit pas un psychologue avec des enfants de 5 à 18 ans est la suivante: « dessinez un paysage avec un homme, une route, une femme, des montagnes, un garçon, une maison, une fille, une rivière, un animal et une auto. Je voudrais que vous les dessiniez et que vous vous arrangiez pour en faire un paysage. Vous avez toute la feuille et vous pouvez rajouter ce que vous voulez ».

Une fois que le dessin est terminé, le psychologue demande à l’enfant où se trouvent les éléments. Voici les questions posées par le psychologue : les personnages se connaissent-ils ? Comment se connaissent-ils ? Que font-ils ? Qu’est-ce qui a été ajouté ?  Il s’intéresse aux oublis car l’omission marque plus l’ambivalence que l’agressivité simple. Le psychologue va donc analyser la pression du trait, le contrôle du geste qui souligne les impulsions ou les blocages émotionnels. Les variations du tracé apportent des éléments de la vie affectivo-émotionnelle. Il peut y avoir des micro-graphismes, signes d’un sentiment d’infériorité, d’anxiété, ou un désir de fuite. « Chaque élément signifie quelque chose de particulier et le psychologue va formuler des hypothèses quant à ce que cela peut représenter au niveau inconscient pour le dessinateur », précise Johanna Arfi.

Sources

Comment analyses ses dessins ? sur aufeminin.com 

Cours de psychologie sur les tests

Des inquiétudes sur votre situation ? Besoin de conseils ? Les psychologues de Boddy sont disponibles pour échanger avec vous et vous accompagner.

Laisser un commentaire