Fermer
ad-box-image

Crise d’ado : ne craquez pas !

Par  19 avril 2016

16 % des ados de 15 à 18 ans déclarent « aller mal », évaluant leur bien-être à 0 sur une échelle de un à dix. La crise d’adolescence les fait passer par tous les états et peut laisser des traces. Laure Rubinocci, psychologue Boddy, spécialisée dans la prise en charge des adolescents, vous donnent des pistes afin de gérer ( et tenter de comprendre) cette délicate période.

« C’est un rite de passage, l’ado a à la fois 8 ans et 25 ans », explique la psychologue. Il navigue entre l’envie de faire ce qu’il veut comme un grand et le souhait de rester tout près de vous, comme lorsqu’il était petit. Difficile alors pour les parents de savoir sur quel pied danser. « Certains parents se disent « je le laisse faire puisque c’est ce qu’il veut », d’autant que les ados peuvent être durs avec eux. Mais il ne faut pas les lâcher, insiste Laure Rubinocci, car c’est une forme d’insécurité pour l’ado. » Il traverse une crise existentielle, il a besoin de cadres et de règles.

Leur modèle, c’est vous

Même si vous avez le sentiment qu’il ne s’intéresse pas à vous, vous êtes son modèle. Alors pour être au clair avec votre ado, soyez cohérent avec votre discours. Vous fumez ? Reconnaissez que c’est une erreur, une addiction et qu’aujourd’hui, vous avez du mal à vous en passer. « Dites-lui que vous auriez aimé que l’on vous explique, que l’on vous dise que ce n’est pas bien », conseille la psychologue.

Dialoguez et faites-lui confiance

Et même s’il ne vous donne pas l’impression d’être ouvert au dialogue, dialoguez quand même. En matière d’alcool, ou de drogues, parlez-lui des risques. Pareil pour la sexualité, montrez-lui qu’il y a une conséquence réelle aux rapports non protégés : sida, grossesse… Mettez pilules et préservatifs à portée de main. « C’est à vous de leur apporter les meilleures conditions et ce n’est en aucun cas une incitation à la dépravation », assure Laure Rubinocci. Interdire ne le protégera pas. « La prise de risques fait partie de cette période, c’est inévitable. Il teste ses limites afin de s’extraire de l’enfance. »

Vous montrer ouvert aura beaucoup plus d’effet. Ainsi, autorisez-le à aller à cette soirée ; si l’ado a votre confiance, il se mettra moins en danger. Il doit pouvoir parler à la maison et obtenir les réponses à ses questions. Pas évident en tant que parents, mais « mettez-vous à sa place, essayez de vous rappeler ». Aussi difficile à vivre cette crise soit-elle pour vous, elle a une valeur organisatrice dans la construction de l’enfant. Laure Rubinocci rassure : « je préfère voir un gamin qu’on entend, qu’un enfant qui ne fait pas de vagues. »

Guide de survie pour parents d’ado

  • Ne soyez pas perpétuellement sur son dos
  • Reconnaissez ses émotions et surtout ses déceptions amoureuses. A l’adolescence, tout est plus fort
  • Arrêtez de penser qu’il est bête, inintéressant. Ne soyez pas dans le jugement
  • Faites attention à ses centres d’intérêt
  • Acceptez son envie d’aller voir ailleurs, et de revenir vers vous ensuite
  • Ne vous immiscez pas dans ses amitiés, sauf s’il fréquente quelqu’un de plus âgé ou qui l’incite à le mettre en danger

Sources

Etude Ipsos sur les ados

Des inquiétudes sur votre situation ? Besoin de conseils ? Les psychologues de Boddy sont disponibles pour échanger avec vous et vous accompagner.

Laisser un commentaire