Fermer
ad-box-image

Bien dosée, l’anxiété a du bon

Par  17 février 2016

L’anxiété, frein ou moteur ? Tout dépend du contexte, de sa fréquence et de son intensité. Bien dosée et adaptée à la situation, elle vous permet d’avancer. Trop intense, elle vous paralyse. 

Un peu d’anxiété vous booste, trop vous paralyse. C’est votre corps qui vous indiquera la limite à ne pas dépasser et vous avez les moyens de faire baisser la pression.

«Chez certaines personnes, le seuil déclencheur de l’angoisse est très bas ou fonctionne de manière irrationnelle. Alors que, normalement, la peur est activée quand des menaces réelles pèsent sur le sujet, les anxieux sont alertés par des signes minimes de l’environnement », décrit le psychiatre Nicolas Neveux sur son site. S’angoisser dans la forêt quand on entend des bruits étranges, c’est normal, c’est une stratégie de survie. S’angoisser chaque jour à l’idée de prendre sa voiture est irrationnel et peut devenir paralysant.

Bien régulée, l’angoisse a une vraie fonction de préparation à l’action, affirme Ilios Kotsou, psychologue et auteur, spécialiste de la psychologie positive.

Ils donnent l’exemple d’étudiants qui préparent un examen. Ceux qui ne ressentent aucune anxiété vont peu réviser et risquent l’échec ; ceux qui ressentent trop d’anxiété oublieront les sujets pourtant révisés et perdront leurs moyens. Seuls ceux qui, modérément anxieux, ne sont pas certains de réussir vont se motiver pour faire au mieux et courent ainsi au succès. Adepte de la pleine conscience, selon laquelle il est nécessaire d’accueillir ses émotions afin de les observer plutôt que de les rejeter, Illios Kotsou estime que « la fonction première des émotions est de nous permettre de communiquer un sentiment ».  Ce qu’il qualifie d’ailleurs dintelligence émotionnelle, titre d’un de ses ouvrages paru aux éditions Bernet-Danilo.

Où en êtes-vous avec votre anxiété ?

Nous avons tous un seuil de tolérance différent. Pour savoir si vous n’êtes pas débordé par votre anxiété, confrontez-vous à ce questionnaire réalisé par Nicolas Neveux : mon anxiété est-elle adaptée aux circonstances ? Est-elle trop fréquente ? Trop intense ? Génère-t-elle une souffrance ? Si vous répondez « oui » à l’une des ces questions, c’est que vous avez dépassé votre seuil. Généralement votre corps vous donne l’alerte. Sachez l’écouter. Et réagir.

Les symptômes qui doivent vous alerter 

  • sensation de boule dans la gorge ou le ventre
  • sensation de mort imminente
  • peur de devenir fou
  • besoin impérieux d’uriner
  • tremblements
  • sueurs
  • accélération du rythme cardiaque voire palpitations
  • difficulté à respirer, apnée ou encore accélération du rythme respiratoire

Les conseils du psy

  • Revenez au moment où votre humeur a changé. La vraie raison est souvent inconsciente et elle n’a rien à voir avec la dispute avec votre conjoint ou votre problème au travail
  • Mettez des mots sur votre humeur
  • Tentez de revenir vers une humeur agréable en vous faisant plaisir
  • Détendez-vous : assis, les mains sur les genoux, les paumes tournées vers le ciel, écoutez cinq fois votre respiration
  • Refusez que les pensées stressantes n’entrent dans certaines pièces (votre chambre, notamment)

Sources

Nicolas Neveux, psychiatre

Ilios Kotsou

Des inquiétudes sur votre situation ? Besoin de conseils ? Les psychologues de Boddy sont disponibles pour échanger avec vous et vous accompagner.

Laisser un commentaire