Fermer
ad-box-image

Arrêtez de taper sur les réseaux sociaux !

Par  21 mars 2016

L’oiseau bleu et ses petits tweets fête aujourd’hui ses 10 ans. Si certains s’en méfient et aimeraient bien le mettre en cage, nous on estime que Twitter, Facebook et autre Instagram apportent leur lot de bienfaits. Tout dépend de l’usage… Consommés avec modération, ils ont tout bon. 

Addictions, isolement, manque de communication, harcèlement… Si les réseaux sociaux sont responsables de tous les maux de notre société, ils sont aussi à l’origine de belles choses.

Plus on partage, plus on est heureux

Un sondage Ipsos réalisé pour l’Observatoire du Bonheur révèle que les ¾ d’entre nous ont désormais le réflexe du partage des événements heureux sur les réseaux sociaux. Et si on le fait, c’est qu’il y a une raison. Pour 87 % des personnes interrogées, cela augmenterait tout simplement… le bonheur éprouvé.

Partager son bonheur rend heureux et avec Facebook, le partage n’a plus de limites. Donc, le reseaux-sociaux-positifbonheur non plus.

Attention tout de même à modérer vos élans, car vous trouverez des amis toujours plus heureux que vous. Ce qui, au final, risque de vous déprimer. Relisez notre article sur l’addiction à Facebook et raisonnez vos partages.

« Ça crée du vrai lien », estime tout de même Fabienne Kraemer, notre psy Boddy. Et effectivement,

(avec) Twitter, les utilisateurs peuvent discuter directement avec un journaliste, l’Elysée, Barack Obama ou Martin Fourcade, explique Justine Ryst, directrice du développement pour la branche française de Twitter sur Rue89.

Et sans aller jusqu’à échanger avec l’Elysée, les réseaux sociaux abolissent certaines barrières et facilitent la communication entre consommateurs et entreprises, demandeurs d’emploi et employeurs, fans et idoles.

#jesuischarlie #prayforparis, naissance d’une émotion collective

Si on aime partager ses bonheurs, on aime également se sentir soutenus dans ses peines. C’est ainsi que sont nés les hashtags #jesuischarlie, #prayforparis, quelques heures après les événements de janvier et de novembre 2015.

La communication et les interactions ont des effets très importants, bénéfiques parce qu’apaisants (…), précise à La Croix, Sylvain Delouvée, enseignant-chercheur en psychologie sociale à l’Université Rennes 2 et spécialiste des croyances collectives.

Instagram, un lieu d’entraide pour les anorexiques

Au-delà de la communication, les réseaux sociaux génèrent aussi entraide et soutien.

Sur les réseaux sociaux, on peut avoir une écriture de soi, tenir un journal autobiographique, créer à son niveau, reconnaît Fabienne Kraemer, psychanalyste.

Si les réseaux sociaux permettent de se livrer, ils sont aussi un lieu d’entraide. Il y a quelques mois, sous les hashtags #BeatAna ou #AnorexiaRecovery, est née une communauté de soutien sur Instagram avec des photos de repas à l’esthétique travaillé. Celle de jeunes filles anorexiques. « J’ai créé mon compte avec le but d’aider les gens à ne plus avoir peur des aliments, explique Ashleigh Ponder qui a lancé le mouvement avec son compte« Balanced not clean », suivi par plus de 18 000 personnes. Tant de personnes essayent de manger « sain », mais il y a tellement de définitions possibles à ce mot qu’il crée de la confusion et de la peur, surtout chez les personnes avec des troubles alimentaires. »

Pour les adolescents qui souffrent d’anorexie, le plus important est d’en parler, explique Corinne Van Loey, psychologue spécialiste des troubles alimentaires. Ils faut qu’ils sachent et qu’ils voient qu’ils ne sont pas seuls. 

Un aspect que souligne également Fabienne Kraemer : « avec les réseaux sociaux, nous sommes moins isolés, on se sent moins seul. » Et rappelez-vous la naissance du hashtag #Porteouverte, le soir du 13 novembre pour accueillir les Parisiens apeurés et/ou égarés. Les réseaux sociaux rapprocheraient finalement les gens. Et encouragent les belles initiatives.

Petit manuel d’hygiène numérique

  • Déconnectez-vous la nuit
  • Imposez-vous une soirée sans téléphone
  • Proscrivez le smartphone durant les repas
  • N’acceptez pas tout le monde dans vos amis afin de maintenir une vraie communauté

Sources

 

Des inquiétudes sur votre situation ? Besoin de conseils ? Les psychologues de Boddy sont disponibles pour échanger avec vous et vous accompagner.

Laisser un commentaire