Fermer
ad-box-image

Addictions : où en êtes-vous ?

Par  18 décembre 2015

L’addiction est cette habitude dont vous n’arrivez pas à se défaire et qui a un impact sur la qualité de votre fonctionnement psychique et social. « On parle d’addiction quand on sacrifie son temps, son argent et ses relations » à un produit ou une activité, explique Sylvian Boursier, psychologue Boddy, spécialiste des addictions. 

Si elles ont moins d’impacts directs sur la santé, les addictions sans produit ont les mêmes conséquences psychiques. Elles entraînent la marginalisation et la désocialisation.

En 2011, le nombre de Français dépendants au tabac s’élevait à 13, 4 millions, 8,8 millions pour l’alcool et 1,2 million pour le cannabis et les adeptes aux jeux actifs – ayant joué au moins 52 fois et/ou dépensé au moins 500 euros au cours des douze derniers mois – représentaient 12,2 % de la population en 2012, 1,3 % de ces joueurs sont réellement considérés à risque.

Il n’y pas que les drogues qui rendent accros

Jeux vidéos, réseaux sociaux, sport, sexe, nourriture…  Tout peut devenir une addiction.

Les dangers ne sont pas les mêmes que pour l’héroïne, reconnaît Sylvain Boursier, mais ils existent

Ainsi, un enfant qui  passe son temps sur son ordinateur au lieu d’aller au sport est plus sujet à l’obésité que les autres enfants, mais faire du sport à outrance sans encadrement présente des risques.

Souvent, l’argent intervient car « cela provoque des sensations et c’est exactement ce que les addicts recherchent », reconnaît Sylvain Boursier.

Un guide édité par la fédération Addiction constate que les démarches de soins sont souvent conditionnées à un problème de surendettement ou à la demande d’un parent qui voit son enfant jouer en ligne de manière incessante, perdre pied à l’école, ne plus s’intéresser à rien d’autre.

« Quoi qu’il en soit, on peut tout perdre, a pu constater Sylvain Boursier, son travail, ses relations, son couple, si non ne s’arrête pas on vend la voiture, la maison… »

D’où vient l’addiction ?

« Elle comble un vide, une estime de soi », explique le psychologue. L’addiction est à la fois biologique, psychologique et sociale. Certaines personnes ont une prédisposition pour les addictions – cela pourrait être lié à manque de dopamine -, d’un point de vue psychologique, il y a toujours une fêlure dans votre parcours et une faille narcissique au niveau social qui conduit l’addict à se laisser entraîner par celui qui lui propose une cigarette ou de jouer. Les jeunes ne sont pas les seuls à être exposés, l‘addiction peut survenir à tout âge, à un moment difficile de votre vie.  A travers son expérience Sylvain Boursier a constaté que l’absence du père joue également rôle dans les comportements addictifs ».

On en guérit ?

« On ne parle pas de guérison, mais d’abstinence ». Pour les jeux, comme pour l’héroïne ou la cocaïne, on ne peut pas uniquement diminuer.  Le risque de rechute est trop grand.  La prise en charge peut conduire une abstinence, via un changement de regard sur ls plaisirs de la vie.

Il faut passer du besoin au désir. J’ai envie de me faire plaisir, mais si ce n’est pas le cas, je vais le supporter

Addictions : les questions à se poser

  • Est-ce qu’il y a quelque chose dans ma vie que je consomme ou pratique régulièrement ?
  • Est-ce que cela occupe une partie importante de mon temps ?
  • Ai-je la liberté de m’abstenir ?
  • Et-ce que je fonctionne bien socialement et professionnellement ?

Des inquiétudes sur votre situation ? Besoin de conseils ? Les psychologues de Boddy sont disponibles pour échanger avec vous et vous accompagner.

Laisser un commentaire