Fermer
ad-box-image

Acheter pour compenser

Par  12 février 2016

Ce petit  sac, cette paire de chaussures, ce manteau… Il vous les faut ! Pourtant une fois rentrée chez vous, tous ces sacs sont entassés dans un coin et l’euphorie de l’achat laisse place à la culpabilité. Vous êtes une acheteuse compulsive ? C’est le cas de 1 à 8  % de la population, des femmes principalement, âgées de 30 à 40 ans. Ce comportement est un symptôme qui peut être attribué à une dépression, une addiction ou un trouble obsessionnel compulsif (TOC). Mais ça se canalise et ça se soigne. Suivez nos conseils.

Vous ne pouvez pas vous empêcher d’acheter. Et cet acte vous procure un sentiment profond de bien-être et d’euphorie. Mais il laisse rapidement place à la honte et à la culpabilité.

Boulimie d’achat ?

Aimer faire les boutiques n’a rien de pathologique, c’est la manière de les faire qui importe. Le processus est très bien décrit par Nicolas Evrard, médecin et rédacteur en chef du site de santé AZ : « D’abord, l’envie d’un objet, d’une pièce qui devient obsédante. L’idée de l’acquisition ne pourra alors être écartée, mue par la peur de manquer. Tous les moyens seront recherchés pour obtenir « cette petite robe que j’ai vue dans le métro et qui m’ira sûrement à ravir ». Cette mission, qui s’impose à soi sans que rien ne puisse l’atténuer, fera parfois l’objet d’une véritable expédition. Tout sera fait pour parvenir à la boutique avant la fermeture du magasin, même à l’autre bout de la ville. Excitée, tendue, pressée, le chemin sera ardu. Arrivée à destination, la carte de crédit sera déployée et le summum du plaisir sera activé. Une fois l’euphorie dissipée, il n’est pas rare d’éprouver de la culpabilité, voire de la honte. Une honte qui mènera parfois à se cacher ou à mentir sur les faits. »

Une satisfaction éphémère mais suffisamment intense pour être ultérieurement recherchée… faisant le lit d’une dépendance à venir. 

achat-compulsif

Vous allez me dire : « qui n’a pas connu ça ? » C’est vrai et c’est pour cela que ce qui doit inquiéter c’est la répétition du processus. Certaines en viennent même à acheter des vêtements en cachette, sans les essayer et en demandant à la vendeuse de rajouter d’autres pièces dans le sac, discrètement, afin que le mari ne s’en aperçoive pas.

Pourquoi est-ce plus fort que moi ?

Un acheteur compulsif va présenter, de façon fréquente, en plus de son trouble d’achat compulsif, des troubles de l’humeur, des troubles anxieux, des addictions ou des troubles du comportement alimentaire. L’acheteur recherche l’émotion positive pour compenser une émotion négative ou combler un déficit affectif.

Les conseils du psy pour ne pas craquer 

  • Etablissez une liste et un budget avant d’aller faire les courses
  • Faites votre shopping avec des amis et limitez-vous réciproquement
  • N’achetez pas le jour même afin de vous laisser le temps de la réflexion
  • Payez en liquide
  • Optez pour une séance de sport ou une sortie ciné quand l’envie monte
  • Participez à des groupes de soutien
  • Faites une thérapie pour comprendre quelle blessure psychologique ce comportement dissimule

Votre envie d’acheter est peut-être un trouble obsessionnel compulsif. Tous nos conseils sur cet article.

Sources

 

Des inquiétudes sur votre situation ? Besoin de conseils ? Les psychologues de Boddy sont disponibles pour échanger avec vous et vous accompagner.

Laisser un commentaire